_

9 MOIS AU PEROU

   Mi-janvier 2018, je contacte Sylvie puis Michèle pour avoir des informations sur l'association Gabriela Mistral car je voulais faire un volontariat en Amérique Latine. C'est ainsi que, grâce à leur aide précieuse, Diana m'accueille le 15 mars au soir d'abord pour 6 et finalement 9 mois.
De mars à décembre, j'ai pu assister à tous les événements qui font vivre les jardins d'enfants au long de l'année scolaire péruvienne. Dans les centres de Huascar et du 10 de Octubre, j'ai été accueillie par toute la famille Gabriela Mistral. Plusieurs fois, je me suis rendue dans les deux jardins d'enfants qui se situent au nord de Lima.
  B76 P8 1 La toute première fois, je suis allée à San Juan de Lurigancho avec la camionnette de l'association. En sortant de Lima et du quartier où vit Diana, qui est plutôt de classe moyenne, j'ai vu le paysage se transformer d'un quartier à un autre. Nous arrivions petit à petit dans des quartiers plus « populaires » et plus pauvres. A Huascar, j'ai été impressionnée par toutes ces petites maisons qui montent très haut sur les collines de terre aride entourant le quartier.

   La plupart des maisons sur la colline, « el cerro », n'ont ni électricité ni eau courante. Toutefois, les maisons en bas sont construites en briques.B76 P8 3 J'ai pu comparer leur évolution et l'augmentation de la population depuis 40 ans en regardant d'anciennes photos. Celia « gardienne » de Kukuli-Huascar, m'expliquait qu'il y a 15 ans, il lui arrivait régulièrement de monter dans le Cerro moins peuplé et où tout le monde se connaissait et s'entraidait. Aujourd'hui, elle ne s'aventure plus là-haut car ce sont des dédales de petites allées et avec l'augmentation des vols à l'arraché, elle ne s'y sentirait plus en sécurité. En effet, San Juan de Lurigancho, avec son million d'habitants, devient un des quartiers les plus dangereux de Lima. Il est d'autant plus important de veiller à l'éducation des enfants et à l'entraide avec les familles afin que les habitants se connaissent et puissent compter les uns sur les autres.

   Après avoir appris comment faire le trajet en bus, je partais à 6h30 afin d'arriver à 8h (ou 8h30 selon le trafic très dense de la ville et le réseau de bus très important). Une fois que j'ai compris comment tout cela fonctionnait, j'ai pu être plus autonome et partir à Huascar ou 10 de Octubre par mes propres moyens. Arrivée au centre, après avoir pris un café, avec Celia à la porte de Huascar, ou Liz à la porte du 10 de Octubre j'accueillais les premiers enfants. Mon travail consistait à soutenir les éducatrices, ainsi que Chana et Patty, les coordinatrices, grâce à mes compétences dans le travail en équipe et mon expérience en tant qu'éducatrice spécialisée. A Kukuli, tout est organisé pour mettre l'enfant au centre du projet éducatif et pédagogique. Chaque salle a une fonction et ce sont les enfants qui changent de salle selon un planning mis en place par la coordinatrice en respectant le programme des éducatrices. Cette organisation avait été faite au départ pour une question de place et afin que le matériel puisse servir à tous. Cela s'est avéré être une bonne méthode pédagogique qui demandait une réelle unité de groupe et de la communication dans l'équipe.
   B76 P8 2Ainsi, le patio sert autant pour les moments de récréation que pour les exercices corporels. Le salon de créativité sert aux exercices d'écriture ou aux arts plastiques.

Au 10 de Octubre, Patty est coordinatrice. C'est une ancienne élève de Kukuli-Huascar, Chana a été son éducatrice. Très impliquée dans la vie de l'association, elle s'applique à transmettre les principes fondamentaux de Gabriela Mistral, son histoire et le projet pédagogique aux nouvelles éducatrices qui forment son équipe. Elle organise une réunion tous les vendredis après-midi avec les éducatrices du 10 de Octubre afin de faire un point sur la semaine passée et d'organiser la suivante .
J'ai compris, lorsque l'hiver est arrivé, pourquoi nous appelions cette grande ville « Lima la Grise ». Le ciel est gris de mai à octobre. Toutefois, à San Juan de Lurigancho, des rayons de soleil arrivent parfois à passer à travers les épais nuages qui surplombent la ville. Mais le soleil et la chaleur se sentent dans les rires des enfants, les chansons et les activités manuelles. L'ambiance est très chaleureuse, Chana et Patty veillant à ce que leurs équipes travaillent en harmonie.

  B76 P9 1 La communication est très importante avec les parents, qui se portent volontaires et participent à l'organisation des jours de fête fréquents au Pérou. L'un des principaux objectifs du projet était de créer un lieu d'accueil pour les enfants, permettant notamment aux mamans de travailler. Mais il a aussi été fondé sur l'entraide entre éducatrices et mamans du quartier pour la préparation des repas, le ménage, les petites réparations à faire. Elle avait un peu diminué ces dernières années, et c'est Chana puis Patty qui ont réussi à réinsuffler une dynamique positive avec l'aide des nouvelles équipes.
   L'année scolaire est organisée autour des différents jours de fête de l'année : Dia de la Madre, Dia del Campecino etc. Ces jours spéciaux B76 P9 2 Photo 8 bpermettent aussi aux éducatrices de travailler des thèmes variés avec les enfants tout en suivant le projet éducatif et la pédagogie que Michèle Hue avait mis en place il y a 39 ans. Ainsi, nous travaillons sur la famille, nous étudions les différentes régions du pays et son histoire tout en dessinant, chantant, dansant et apprenant l'alphabet. Les parents ont plusieurs fois participé à la création de pièces de théâtre basées sur les contes pour enfant, où ils se représentaient, après avoir construit leur décor, devant les enfants dans le patio des centres. Cela a permis une réelle intégration des parents dans la vie de Kukuli. Les enfants sont ravis et fiers de voir pères et mères en représentation et déguisés dans leur domaine.

   Pendant ce temps, côté cuisine, Carmen et Maria, à Huascar, et Doris et Miguela, au 10 de Octubre, s'affairent pour que les enfants mangent un repas complet, sain et équilibré chaque midi. Un jour par semaine, il faut aller au marché. C'est toute une organisation car il faut acheter en grande quantité. Huascar a un marché en contre-bas où les cuisinières se rendent le samedi en mototaxi. Au 10 de Octubre, il faut prendre un taxi car le marché se trouve à 20 minutes, au bout du district de SJL.

   Le matin, les enfants ont une brique de lait de soja et un petit pain pour le petit déjeuner distribué par l'Etat.
Depuis le début de l'année 2018, certains enfants restent l'après-midi à Huascar pour la garderie quand leurs parents travaillent.

   Malgré ses 75 ans, Diana dirige avec dynamisme ces 2 équipes, ainsi que les 2 autres dans le nord de Lima. Elle est joignable à toute heure par téléphone et se déplace souvent au nord (Puente Piedra) ou à l'est (San Juan de Lurigancho) afin de réunir ses équipes.

   Rentrée en France, je reviens avec une expérience personnelle et professionnelle très riche et garde le souvenir de cette grande B76 P9 3équipe qui se soutient pour avancer ensemble. Educatrice spécialisée depuis juin 2017, je travaillais dans un centre d'accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogues, personnes en grande précarité (migrants en majorité), avec des situations administratives compliquées. Mes études terminées, j'avais envie de me confronter à une autre culture tout en me rendant utile avec mon expérience et ma motivation, d'apprendre autrement que par l'école. Aujourd'hui, je suis éducatrice de rue dans une association de prévention où je travaille auprès des jeunes en risque de déscolarisation ou de marginalisation, qui ont parfois des difficultés à trouver formation ou emploi. Au Pérou, j'ai appris notamment à prendre du recul face à certaines situations. Travaillant aujourd'hui avec des adolescents et jeunes majeurs, j'ai pu découvrir un autre public avec l'Association Gabriela Mistral. J'avais étudié en cours, le développement de l'enfant mais j'ai pu ainsi pratiquer son accompagnement dans les premières phases d'apprentissage de sa vie en collectivité. J'ai là-bas une famille avec des personnes qui, malgré peu de moyens, partagent tout ce qu'elles ont et donnent beaucoup d'affection.
Chloé R.

 

Pérou

Action suivie depuis 1979

Action permanente depuis 1999.

  • Participation financière pour la construction et l’aménagement des jardins d'enfants « Kukuli » en périphérie de Lima. (300 enfants)
  • Participation annuelle aux frais de fonctionnement des centres Huascar et Diez de Octubre.
  • Financement de la sortie annuelle des enfants par l’école La Croix.
  • Parrainage collectif par 80 fidèles parrains. (versements libre)

perou3perou4

perou












 

 

 A Huascar et au Diez de Octubre, quartiers populaires à la périphérie de Lima, deux centres accueillent 300 enfants avec pour objectifs: 

Santé, Nutrition et Education!

Le  projet éducatif est destiné aux:

  Une grande partie du budget est assurée par Enfance et Partage Haute-Picardie, mais les parents apportent aussi leur contribution par leur travail bénévole (entretien des locaux) et une modeste participation financière. L'aide alimentaire internationale permet, depuis de longues années, d'alléger les dépenses de nourriture.

   Pour visionner les 36 ans des jardins d'enfants KUKULI,
copier et coller l'adresse suivante sur n'importe quel serveur :

https://1drv.ms/v/s!AmOF1YM7p1A2gbp0VGw_4sj--qMzHA